Requiem Pour Un Soir

 violon3

« La musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots »

 Docile quiétude d’un soir estival

Les villes s’angoissent de clameurs royales

Faites muses, faites musiques !

sonances éoliennes des battements d’un coeur

Qu’un fier tambourin distribue à tout choeur

Faites muses, faites musiques !

Mirifiques valseuses d’un langoureux vertige

S’évaporent étincelles en diadème de feu

Faites muses, faites musiques !

Farandoles exquises aux multiples voltiges

Qu’une foule empressée éparpille en tout lieux

Faites muses, faites musiques !

Solennelles harmonies des sanglots de la bête

Qu’un sinistre violon fait office à tue-tête

Faites muses, faites musiques !

Latitudes folies des accords d’un saxo

Evanouies mélopées en cascade d’ivresse

Faites muses, faites musiques !

Sinueuses étreintes au divin vibrato

Qui nous berce à la plume de charnelles caresses

Faites muses, faites musiques !

Dociles quiétude d’un soir estival

Les villes s’angoissent de clameurs royales

Faites muses, faites musiques !

(23 juin 2006)



Le monde de alarc |
Les écrivants |
Le gagnant |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | l'antre d'obéron
| lecriture
| Mon passe-temps ... la poésie